Comme on vous le disait dans l’épisode précédent, on va vous raconter ce nouveau mode de transport/loisir que l’on a testé : la croisière ! Vous savez, ce type de transport où on avance doucement en bronzant sur le pont au bord de la piscine (mais grâce à nos parkas, gants, et bonnets on n’a pas attrapé de coup de soleil.)

le bateau : l’Evangelista

De retour à Puerto Natales le lundi, nous cherchons le grand hôtel où nous devons retirer les billets. L’accueil est sympas, mais après avoir rempli les papiers les aléas commencent : on a été surclassés (cabine à 4 avec hublot au lieu de sans). Nous abandonnons ensuite nos sacs à une personne de l’équipage (mais que vont-ils en faire ?).

Embarquement dans la soirée, nos sacs nous attendent dans notre cabine de quatre couchettes, mais après une heure à bord c’est sûr : nous seront seuls dans cette cabine !

Le lendemain, réveil de bon matin en pleine mer par la douce voix du capitaine, à peine déformée par le haut-parleur, qui nous invite au petit déj.

le chargement

Une petite balade sur le pont nous plonge ensuite directement dans l’ambiance avec  les odeurs et les cris d’animaux … meuglements et odeur de la ferme, on n’est pas les seuls passagers : pendant la nuit des camions de bétails ont été chargés à l’arrière du bateau.

les fjords

La navigation dans les fjords est  tranquille et jolie, malgré le beau temps on n’aperçoit pas beaucoup de bébêtes à part quelques lions de mer ( ?). Mais de toute façon, pas le temps de s’ennuyer entre les repas copieux, l’écriture des récits (si si ça arrive !), les siestes et les conférences en espagnol sur la faune et la flore du coin (autant dire que Pierre est devenu incollable) ya de quoi faire.

dur le vent!

Quand on arrive dans le golf des peines (qui porte bien son nom,) ça change un peu. Un jour et une nuit dans l’océan pacifique ça bouououge, en voila une nouvelle expérience : le mal de mer ! C’est un peu comme avoir la gueule de bois non-stop (et étrangement Pierre supporte mieux que Christelle…). L’océan produit également un fort vent qui permet de jouer à ‘‘qui s’envolera le premier’’ sur le pont avant. Quant au repas de ce soir là il est avalé, car il faut manger pour limiter le mal de mer, mais pas vraiment apprécié (et pour les curieux : non, il n’y a pas eu de régurgitation pendant la traversée).

coucher de soleil

Le dernier jour est plus calme et ensoleillé, nous profitons même d’un joli couché de soleil. Demain arrivée à Puerto Montt et levé 8h 6h enfin quand le &# !@ de hautparleur le dira !

Débarquement au petit jour pour retrouver la terre ferme et un autre moyen de locomotion plus habituel : le bus.

et pour plus de photo c’est ICI

Publicités