On débarque à Santiago un dimanche à 7h du mat après une bonne nuit dans le bus.

Plaza de Armas

 

Une grande ville un dimanche matin, c’est mort. Les magasins sont fermés et seuls quelques balayeurs ou ivrognes sont dehors. L’avantage c’est qu’on peut photographier la Plaza de Arma vide avant qu’elle soit envahie par une armée de collégiens réalisant une fresque chrétienne.

 

Santiago et la cordillère des Andes

Au milieu de la ville deux collines permettent d’avoir une belle vue de Santiago jusqu’à la cordillère des Andes, et du nuage de pollution qui plane au dessus de la ville.
Les marchés aussi ont leur place, les petits marchés artisanaux, le marché aux poissons ou l’immense marché-fourretout de la Vega. Ça grouille de monde, toutes les classes sociales se retrouvent dans ces ancêtres d’hypermarchés où on peut déjeuner pour vraiment pas cher.

drapeau chilien

 

On se balade pendant deux jours, mais le choc avec la grande ville, les immeubles gris, les voitures, la pollution, le métro,  c’est un peu trop pour nous.

Heureusement le soir nous rentrons chez Julie et Sebastian, nos premiers hôtes couchsurfer et là c’est super sympa. C’est comme chez des copains, on passe deux belles soirées à discuter autour de bons petits plats.

 

Conclusion on va voir si Valparaiso peut nous réconcilier avec la ville !

 

plus de ville?  

Publicités