C’est avec un pincement au cœur que l’on quitte l’Argentine, mais c’est ça le voyage, quand on est bien quelque part il faut partir pour découvrir de nouveaux horizons. Et en général on se rend compte qu’il est temps de bouger quand on commence à croiser des gens qui nous reconnaissent dans la rue.

frontière Argentine-Bolivie

Après quelques heures de bus, on arrive à La Quiaca (ville frontière d’Argentine). Il faut marcher sur quelques pâtés de maison pour arriver au poste frontière assez facile à trouver car la moitié de la population s’y dirige. Les formalités sont rapides mais pas autant que pour les boliviens qui ne s’arrêtent même pas devant les douaniers !
Nous voici dans notre première ville bolivienne : Villazon. On sent  tout de suite le changement avec l’argentine. Les trottoirs grouillent de petites boliviennes vendant de tout et n’importe quoi.  Après s’être bien fait avoir en changeant nos derniers Pesos argentin contre des Bolivianos (mais bon, on n’allait pas en faire des guirlandes), nous nous dirigions vers le terminal de bus. Là aussi le changement est notable : à la place des bureaux bien alignés des compagnies argentines, on fait face à une horde de personnes criant «Tupiza, bus pour Tupiza !» «15 bolivianos pour un départ imminent» «moi je te le fait à 10 pour un départ dans 1h» etc… Christelle ne supporte pas cette cacophonie et demande aux personnes d’arrêter pour pouvoir réfléchir, et ils le font ! Trop forte cette Christelle.
Dans le bus, on a quelques doute sur la destination et l’horaire de départ. Des enfants passent entre les sièges pour vendre boissons et nourriture, Pierre donne même quelques pièces à une petite fille car il est ému de rencontrer une personne chantant encore plus mal que lui.
Trois heures plus tard nous arrivons bien à Tupiza où nous sommes accueillis au son des «Villazon, bus pour Villazon».

défilé

Le lendemain, 5 Aout c’est le jour de l’indépendance bolivienne. La fête dure en vérité quatre jours, elle consiste principalement dans les défilés en musique des écoles, associations, institutions … c’est simple tout le monde défile et du coup il n’y a plus que quelques touristes français pour regarder.

cañon del diablo

Entre deux défilés, nous nous éloignons de la ville pour balader vers le Canyon Del Diablo. On rentre via la porte du diable, dépasse les machos avant d’entrer dans ce canyon rouge bordé de colonnes taillées par le vent. C’est superbe même après s’être perdus 2h. Pourtant on avait acheté une carte à l’IGM (Institut Géographique Militaire) mais à croire qu’une photo satellite floue entourée de pub pour les pizzerias de la ville n’était pas assez précise.

Les pizzas justement, à croire que c’est la base de la nourriture bolivienne, car on ne trouve que ça dans les restaus, seul le marché nous permet de manger un peu plus local le midi.

Notre séjour à Tupiza se termine par une journée vacances : on s’offre un hôtel avec piscine pour se reposer avant d’affronter les 4 jours de 4X4 qui nous attendent pour le tour dans le Salar d’Uyuni. [à suivre…]

Plus de défilé? 

Publicités