Pour arriver à Sajama, on prend un bus de nuit direction LaPaz. Le bus (de la compagnie Bolivar) est un cama (siège-lit) très confortable et n’à rien à envier aux bus argentins, à part les toilettes … Pour faire ses besoins il faut profiter d’un arrêt à un péage, sortir dans un coin derrière une baraque et courir pour remonter dans le bus avant qu’il ne reparte ! On dort bien malgré une  appréhension que le bus ne s’arrête pas à Patacamaya où on doit descendre.

Patacamaya by night

Mais pas de soucis, le bus nous dépose bien et on se retrouve à 5h du mat, nuit noire, au bord de la route. Nous ne sommes pas seuls, pleins de boliviens attendent on ne sait quoi assis sur le bord de la route pendant que d’autres s’engouffrent dans des taxis collectifs direction LaPaz. On enfile donc les doudounes, et on fait de même en se calant contre un mur tout en regardant le spectacle.

Patacamaya, by day

Une fois le soleil levé, il faut partir à la recherche du bus pour Sajama « à coté du restaurant » « vers la place » « derrière le marché », comme personne ne nous donne la même indication on s’arrête sur le marché prendre un api (soupe de maïs) et une bugne pour se réchauffer. Finalement c’est un chauffeur de bus qui nous trouve. Encore quelque heures à attendre entre trottoir et marché, et vers 13h ça y est on est entassés dans un mini bus, avec des cochons sur le toit et en route pour Sajama.

Place centrale de Sajama

La route est belle et traverse l’altiplano avant d’approcher les montagnes. Arrivés à l’entrée du village, l’office du tourisme / accueil du parc, nous installe dans un logement. On est enfin à Sajama (4200m quand même!). Notre hospedaje est vide (même pas de gérant), personne dans les rues, le vent fait voler le sable sur la place déserte, un village fantôme… Puis dans le soleil couchant apparaissent deux silhouettes : Emily et Tibault, des belges (et oui encore !) avec qui on décide de partir se balader le lendemain. Après un diner au réchaud dans la chambre, on se met vite au lit dans les duvets car il fait frais.

Geysers

Au petit matin, il y a un peu plus de monde dans le village, et la vue autour est magnifique, entouré du majestueux volcan Sajamama (6452m) et d’autres grandes montagnes coté Chili.. On retrouve nos amis belges et nous sortons du village sur une piste venteuse, qui traverse des paysages de steppe parsemés de lamas. En entrant dans la vallée, le champ de geysers se découvre. Ce n’est pas des geysers explosifs, ils sont principalement bouillonnants et surtout les couleurs sont magnifiques (eau limpide ou verte, terre blanche rouge rose marron ou verte). Comme on a oublié les œufs à cuire dans l’eau bouillante on se contente des « pâtes au thon façon belge » cuisinées par Emily, une expérience culinaire … unique. Sur le chemin du retour au village la vue sur le volcan est superbe.

Laguna Huañacota

Le lendemain on profite du 4×4 de nos amis pour aller au bord de la Laguna Huañacota. On en fait le tour en marchant à travers les touffes d’herbe jaune et les marécages, parfois il faut enjamber un bras de lagune. Nous croisons des flamands roses, des vigognes et un gato andino (chat andin, sorte de puma) mais desséché ! A midi bon picnic sur la plage : omelette (grâce au matos de camping complet du 4×4) et sardines (3 ustensiles pour réussir à ouvrir la boite).
L’après midi est consacrée à rechercher les sources chaudes puis à s’y prélasser. Malgré nos efforts, impossible de trouver les bains gratuits on se contente donc des payants, très agréables avec vue sur le Sajama.
Comme on est avec des belges la journée se termine entassés dans un petit boui-boui devant une belle portion de salchipapas (saucisses frites).

Sajama village et volcan

Si le village de Sajama n’a rien exceptionnel, les alentours sont magnifiques paisibles et très agréables, malgré les nuits glaciales. On hésite donc à rester encore un peu voire à passer du coté Chili pour le parc Lauco. Mais le timing et le budget nous décident pour monter à LaPaz.

Un grand merci à nos amis belges pour ces quelques jours passés ensembles. (pour ceux qui lisent le flamand, voici leur blog : Emily & Thibault)

Plus de volcan? 

Publicités