Après quelques jours passés dans une capitale bien agitée, nous avons besoin d’aller prendre l’air au calme. Entre Coroico et Sorata, c’est la deuxième qui l’emporte.

Sorata

Notre minibus / colectivo est « piloté » par un chauffeur nerveux abusant du klaxon et doublant tout ce qu’il peut. La sortie de LaPaz dans les bouchons est un peu longue, puis on traverse un paysage de collines parsemées de petites maisons en briques jusqu’à apercevoir un bout, déjà immense, du fameux lac Titicaca. Mais pour nous direction les montagnes. S’en suit  une petite montée (on doit être autour de 4000m) et c’est parti pour la grande descente… La vue sur la vallée est magnifique et la route accrochée à flanc de montagne très pittoresque, mais plus de 1300 m de dénivelé avec un chauffeur se prenant pour Senna (et aspirant surement à la même fin) c’est assez angoissant…
Vous l’avez compris, Sorata (2700m) est plus bas que LaPaz. Le climat est un peu plus tropical, il y a plus d’arbres et surtout … il fait plus chaud ! Ca fait du bien de ne pas être obligés de mettre la polaire dès que la nuit tombe. Le cadre est idéal pour se reposer un peu.

Le village, complètement en travaux, est tout en pente avec, en bas, notre hospedaje et, en haut, la place. Un dilemme se pose donc souvent : lézarder au soleil sur la terrasse de l’hospedaje ou affronter la montée et ses escaliers pour déguster une glace ou diner au resto…

montagnes

Sorata, autoproclamé capitale du trekking, est entourée de magnifiques montagnes (dont l’Illampu, 6400m) et de belles lagunes (dont la Laguna Glaciar) qui invitent à randonner, de quelques heures à quelques jours. Cependant il n’y a pas de sentiers marqués et les quelques personnes que l’on a croisées qui étaient parties seules ont eu beaucoup de mal à trouver leur chemin. Comme il n’y a qu’un seul syndicat de guides à Sorata et que ça n’a pas été le grand amour entre nous et eux (prix élevés difficilement négociables, informations contradictoires et impossibilité de voir le guide à l’avance) on laisse tomber l’idée de partir quelques jours en montagne (ce qui arrange bien Christelle un peu fatiguée !).

la piste

On se contente donc de petites balades à la journée. Sur les hauteurs du village tout d’abord et surtout vers les grottes de San Pedro.  On y accède par 10km de piste creusée dans la  montagne et en cours d’agrandissement. On croise très peu de voitures sur la route, plutôt des gens avec leur vache ou leur âne. Le paysage est vraiment chouette avec d’un coté Sorata accroché aux montagnes, de l’autre des versants colorés à perte de vue et au fond de la vallée la rivière qui coule.

la grotte

Les grottes se trouvent dans le petit village de San Pedro. On est les premiers de la journée (et sûrement les seuls). L’entrée est payante, mais on a droit à un guide : un pépé surement tricentenaire. La grotte abrite une colonie de chauve-souris, très utile et appréciée des locaux. Plus on descend, plus il fait chaud et humide, une chaleur moite pas très agréable. Au fond se trouve un mini lac aux eaux limpides. On ne résiste pas à y faire un tour à bord d’un pédalo datant de la jeunesse du guide. Malgré le fait que l’embarcation avance mal et ne tourne que dans un sens, se retrouver au milieu d’eaux calmes avec une roche comme ciel et seulement quelques cris de chauve-souris pour troubler le silence est une sacrée expérience ! A la sortie de la grotte, l’air chaud de dehors nous semble maintenant bien frais et est le bienvenu pour le chemin du retour.

Même si on n’a pas profité de l’immense champ de randonnées à Sorata, ces quelques jours au calme dans ce beau cadre nous ont fait du bien, et on est plus reposés pour aller découvrir le lac Titicaca !

plus de montagnes? 

Publicités