La fin de la balade à Hokkaido se fait en train grâce à notre super ‘Hokkaido pass’ : tu paies (cher) une fois et c’est le train illimité youpiii 🙂 … pendant 4 jours :-(.

.

poisson frais

poisson frais

Direction le sud avec Hakodate, une ville qui est connue pour son fort, ses onsens et son point de vue. Mais nous on vient avec une idée précise : le morning market, un marché aux poissons ouvert que le matin car après ce n’est plus assez frais. Ce marché regorge de trucs qui nagent, marchent, rampent, avec ou sans carapace et de toutes les couleurs… . La plus part du temps ces bestioles sont encore vivantes. C’est Christelle qui est contente ici car on peut tout gouter, mais parfois c’est gluant ou avec une odeur étrange. Au milieu du marché, à l’heure du petit dèj, on décide de tester les sushis, soit disant parmi les meilleurs du japon. Et bien la réputation n’est pas volée, dur de se remettre à d’autres poissons après ça !

.

Nous partons ensuite vers le bout de la ville via des routes montantes façons ‘rue de San- Francisco’ jusqu’au … téléphérique.

Hakodate

Hakodate

Au passage nous admirons une collection d’églises de toutes les confessions (orthodoxe, protestante, catholique). Ils ont tous essayé d’évangéliser les nippons sans succès ! Il faut dire que le monothéisme n’est pas au gout du japonais, ce dernier préférant avoir plusieurs dieux et religions (shinto, bouddhiste) pour prendre le meilleur de chacune.
La vue de la ville du haut du mont Hakodate vaut le coup d’œil et la descente, par la forêt cette fois, est vraiment reposante. Seule une  horde de corbeaux vient troubler cette quiétude : ils planent au dessus de nos têtes en croassant comme s’ils venaient de trouver leurs prochain repas.

.

Au dernier moment on choisit de quitter Hakodate plus tôt histoire de se faire peur avec une halte à Noboribetsu aussi appelée … ‘la vallée de l’enfer’.

l'enfer

l’enfer

Dans cette vallée on rencontre quelques démons rouges et bleus très sympathiques. Ils sont là pour veiller sur un paysage magnifique de terre multicolore fumante et frémissante. C’est tellement beau qu’on rate le seul train que pour une fois on avait réservé pour continuer la balade. Car plus haut il y a un lac aux eaux noires et bouillonnantes avec, en arrière plan, un volcan qui fume : grandiose.
Sur le retour on sacrifie à la coutume d’une petite glace et Pierre se dit que si l’enfer ressemble à ça il peut encore faire une ou deux bêtises.

.
Ce soir on dort vers l’aéroport, notre périple dans l’île du nord est déjà terminé et même si on avait beaucoup hésité au départ on ne regrette vraiment pas d’être aller si loin risquer le froid et la neige car Hokkaido c’est plus que beau !

.

Plus de poissons ?   nos jolies photos

Publicités