Histoire d’être en pleine forme pour les fêtes de fin d’année on décide de se prendre des petites vacances sur une île déserte au large de Lombok.

Enfin « île déserte » c’est ce que disent les guides de voyages périmés ou les voyageurs qui sont passés par là il y a 10 ans. Il y en fait 3 îles, Gili Trawagan la festive, Gili Air la villageoise et Gili Meno la tranquille ; notre choix se porte sur cette dernière. Mais il faut bien le dire on est loin de se sentir comme Robinson. La côte est peuplée de bungalows et autres petits restaus. Cela dit ça reste une ambiance calme, la population est surtout familiale et le coin est très reposant.

en bateau

en bateau

Pour relier l’île depuis Bali, on prend un speed-boat. C’est un bateau ultra rapide utilisant pas moins de 6 moteurs de 200 chevaux, de quoi satisfaire n’importe quel égo masculin. L’île n’a pas de port et c’est les pieds dans l’eau qu’on débarque. Mais sitôt sur le sable, la romance s’arrête grâce à la dizaine de personnes se jetant sur nous pour nous proposer transport et logement.

lac salé

lac salé

Après s’être installés dans un charmant bungalow plus cher que prévu mais avec vue sur la mer, le premier jour des vacances est consacré à l’exploration de l’île. En 1h30 on en a fait le tour, village et étang salé compris. La cote Ouest, où on loge, est bordée de jolies paillotes et bungalows, avec de belles plages de sable blanc. La cote Est par contre est plutôt parsemée de ruines d’hôtels habités par quelques vaches et oiseaux, et les plages y sont recouvertes d’algues ou autres détritus. De ce côté on se croit plus dans un film de zombies / fin du monde que dans une aventure sur une ile déserte !

sous l'eau

sous l’eau

Ensuite on trouve notre rythme de vacances : les journées sont partagées entre repas, sieste sur la terrasse, snorkeling (masque/ tuba), sieste sur la plage et mise à jour du blog (car certaines mauvaises langues disent qu’on a du retard). La découverte des poissons s’arrête vite pour Christelle qui attrape une otite, « et même que ça fait super mal » dixit l’intéressée. Pierre par contre ne sort plus de l’eau. A deux brasses du bord sont réunis tous les acteurs du dessin animé Némo : des poissons bleu fluo, jaune pétant, rouge écarlate et blanc nacré, des oursins qui piquent et même une énorme étoile de mer ! Le tout nage au milieu de coraux colorés, il manque juste une tortue de mer pour parfaire ce tableau aquatique.

la plage ...

la plage …

La vie sur Gili est plutôt cool et reposante. Seul point noir, les vendeurs ambulants qui passent à journée à essayer de nous refourguer leurs bracelets, fruits, massages, hamacs ou autres tissus. Au bout de quelques jours à refuser leurs babioles ils se font moins insistants. L’un d’eux nous indique même un coin de l’île où on est sûr de voir des tortues : « garanti, si t’en vois pas là-bas, je te donne tous mes bracelets ». En effet, au lieu dit, après 10 min de marche dans 20cm d’eau et 1 min de plongée, Pierre se retrouve tête à tête avec une majestueuse tortue et ne peut retenir un « ho putain ! argh gloups ! » (crier sous l’eau avec un tuba dans la bouche c’est pas la meilleure idée…).

.

en pleine forme!

en pleine forme!

Et puis un jour, Gili c’est finit ! Cette semaine à nager et glander est passée à la vitesse d’un poisson torpille. Tout reposés et tout bronzés on repart sur les flots en direction d’une nouvelle aventure : l’arrivée de la famille de Christelle, 8 mois de voyage à deux nous auront-ils rendu asociaux ? On va bientôt le savoir…

.

Plus de poissons ?  nos jolies photos

Publicités