Après ces épisodes citadins on se rapproche un peu de la nature, direction le nord.
Comme nous l’ont conseillé Hervé et JeanMarc à Vientiane, on décide de prendre le bateau pour remonter le Mékong et la rivière NamOu jusqu’à NongKiaw. C’est plus long et plus cher qu’en bus, il n’y a donc plus que les touristes qui font ça, mais ça vaut le coup !

la NamOu

la NamOu

On embarque de bon matin dans un bateau confortable, ils ont mis des sièges de bus à la place des bancs en bois, et en plus on n’est que 8. Malgré le ronronnement du moteur, on est bercés par les clapotis de l’eau, c’est calme et reposant. Le paysage est superbe : des forêts, des montagnes, des plages de sable fin, des gros cailloux ou des buissons dans l’eau… De gros buffles prennent leur bain, les pêcheurs lancent leur filet et les enfants qui jouent tout nus sur le bord nous font coucou. Bref c’est lent mais les 8h de navigation passent à tout allure. Ha oui et c’était notre croisière de Saint Valentin ! 😉

NongKiaw

NongKiaw

On arrive en fin d’après midi à NongKiaw, un joli petit village au bord de la NamOu, calme mais assez touristique. Notre guesthouse est bien sympa, les propriétaires nous invitent même à goûter leur repas du soir : riz collant (évidement), poisson (chat), cartilages de poulet (bof) à tremper dans des sauces bien épicées.

.

des buffles

des buffles

Mais on ne s’attarde pas ici et le lendemain on reprend le bateau pour continuer encore un peu plus haut. Cette fois les belles places sont réservées aux touristes qui vont loin et on se retrouve entassés au fond sur des planches en bois avec les locaux, c’est aussi une expérience qui heureusement ne dure qu’1h30. La rivière se rétrécie, les montages grandissent et le paysage est toujours aussi beau.

.

MongNoy est un village encore plus petit et qui ne vit pas que du tourisme. La grosse attraction du moment c’est la route qui vient d’arriver : petits et grands s’amusent à y faire des allers-retours à toute vitesse en vélo ou en charrette..

la balade

la balade

Nous on snobe la route, et on part se balader par des petits chemins à travers les jardins, les rizières desséchées et la rivière que l’on traverse plusieurs fois (les gués c’est plus sympa quand il fait chaud!). Les montagnes autours sont recouvertes de forêts qui semblent impénétrables, le soleil brille, les cigales chantent, ça fait vraiment du bien de se retrouver dans la nature. On récupère la route pour aller voir l’attraction du coin : des grottes… on ne peut plus banales ! Puis on repart à travers champs en évitant les buffles jusqu’à un petit village plus typique où on boit un thé dans les hamacs en attendant que la température baisse pour rentrer.

la plage

la plage

Après une journée marche, on change pour une journée détente à la plage. Au bord de la rivière, on regarde les papillons voler, les enfants jouer avec les barques et on ne résiste pas à faire un plouf pour se rafraichir.

Ce village nous plait énormément, c’est beau, paisible et vraiment agréable. On hésite : rester encore un peu ici, continuer à remonter la rivière plus au nord, ou redescendre voir si le sud est aussi beau ? Le choix n’est pas facile, mais comme l’étape suivante est le Cambodge on fait demi-tour direction le sud.

Pour le retour, on change de moyen de transport et c’est serrés à l’arrière d’un minibus, sur une route qui tournicote qu’on rejoint Luang Prabang puis VangVieng. Heureusement que le paysage est beau parce qu’au final une journée de bateau c’est plus agréable qu’une journée de bus !

.

Plus de rivière ? nos jolies photos

Publicités